Als Präventivmaßnahme zur Eindämmung von Infektionen durch das Coronavirus (Covid-19) schließen, basierend auf dem Erlass des Bundesministeriums (für Soziales, Gesundheit, Pflege und Konsumentenschutz), ab sofort Museen. Dies gilt zumindest bis zum 13. April 2020!

Bad Ischl, ville de 14.000 habitants, n'a pas seulement gardé son caractère particulier, mais, en grande partie, la même apparence. Les mines de sel d'Ischl, où les trésors irremplaçables du Musée de l'Histoire de l'Art de Vienne furent mis en sécurité durant la Seconde Guerre mondiale, sont toujours productives. La station thermale la plus ancienne et la plus mondialement connue d'Autriche est toujours florissante et dispose désormais de toutes les techniques médicales modernes en vue du traitement des troubles respiratoires, cardiaques et circulatoires. Mais avant tout, les visiteurs viennent respirer l'atmosphère d'Ischl, ville impériale – une ambiance tellement vivante, qui n'existe nulle part ailleurs. Les nombreux monuments et autres réminiscences de la monarchie des Habsbourgs dans cette ville et ses environs sont les meilleures preuves du passé impérial de Bad Ischl.

 

La maison du maire Seeauer sur l'Esplanade le long de la rivière, où ont eu lieu les fiançailles de François-Joseph et de Sisi, fut restaurée en 1989 c’est maintenant le Musée de la Ville. Le Grand Hôtel de Tallachini, où Sisi accepta la demande en mariage de François-Joseph, fut ultérieurement rebaptisé 'Hôtel Kaiserin Elisabeth', pour devenir ensuite 'Résidence Elisabeth'. Se trouvant devant la porte de l'église paroissiale Saint-Nicolas, on peut s'imaginer la scène d'août 1853 lorsque l'archiduchesse Sophie laissa la préséance à Sisi, rendant ainsi les fiançailles publiques. Le Kurhaus, splendidement restauré, cadre d'innombrables bals impériaux, de réceptions et de dîners en l’ honneur des visiteurs illustres, est aujourd'hui un théâtre moderne et un centre de conférence, ainsi que le cadre annuel du festival d'opérettes d'Ischl

 

En été, on peut se baigner sous les fenêtres de la Villa Impériale, dans ce qui était jadis le bassin de natation privé de l'Impératrice Elisabeth. Modernisé aujourd'hui, le 'Bad Ischl Parkbad', vous invite à prendre un bain rafraîchissant lors d'une chaude journée d'été. On peut toujours déguster un café et les meilleures pâtisseries du monde dans l'ambiance inchangée du Café Zauner. Le Café Ramsauer, Attwenger’s et les autres ont toujours le même aspect que lorsqu'ils furent patronnés par Strauss, Lehár, Brahms, Bruckner et l'élite célèbre de la vie culturelle viennoise. Et la Villa Felicitas, où François-Joseph se rendait tôt le matin pour prendre son petit déjeuner avec son 'amie de cœur' Katharina, est devenue une pension avec un restaurant de classe.

 

Toutefois, en premier lieu, le joyau de la couronne impériale de Bad Ischl, est l'élégante Villa Impériale, entourée de son magnifique parc, relié par un pont au centre ville. Elle respire toujours l'atmosphère digne et réservée de l'époque. Encore en grande partie dans son état original, comme François-Joseph et Elisabeth l'ont connue et aimée, elle est restée résidence privée des Habsbourgs, en descendance directe. Et chaque année, le 18 août, le Kaisers Geburtstag - l'anniversaire de l'Empereur - est toujours officiellement célébré à Bad Ischl. Alors on ressent que cette ville n'est pas un musée mais l'Histoire Vivante.

 

A partir de 1831 jusqu'en 1913, à deux exceptions près, François-Joseph a célébré chacun de ses anniversaires à Ischl. La première 'Kaisermesse' - messe pour l'Empereur - fut célébrée dans l'église paroissiale en 1849 en présence de l'Empereur. Lors de l'achèvement des travaux à la Villa Impériale durant les années 1850, le parc impérial fut ouvert au public le 18 août de chaque année, et toutes les personnalités d'Ischl et du Salzkammergut venaient présenter leurs félicitations personnelles. Bien que le 18 août fut célébré jusqu'au fin fond de la monarchie, seulement Ischl pouvait se vanter de la présence de l'Empereur en personne.

 

A ce jour, les festivités du 18 août se centralisent toujours sur la 'Kaisermesse' historique et traditionnelle, la messe impériale à Saint-Nicolas, église paroissiale de la Cour, en présence des membres de la famille Habsbourg. Plusieurs associations représentant des compagnies de régiments impériaux avec leurs bannières et leurs uniformes historiques prennent part à la fête. Le service se termine par le 'Kaiserhymne' sur les tons célèbres de Joseph Haydn, chanté par l'entière congrégation, comme au temps où le jeune Empereur conduisit sa fiancée auprès du prêtre et demanda sa bénédiction ou lorsqu'il l'entendit pour la dernière fois dans cette même église, 60 ans plus tard, lors de son 83ème anniversaire en 1913. Ensuite, une réception est offerte par le maire d'Ischl, suivie d'une parade et d'une revue des régiments historiques, d'abord à l'église et ensuite en face de la Villa Impériale. Le festival est l'apogée de toute l'année pour la ville d'Ischl, restée ville impériale, où la monarchie des Habsbourgs reste jusqu'à ce jour un élément important dans la vie de la communauté moderne.